Située entre Le Mans et Angers, au coeur de la Vallée de la Sarthe, la Commune de Malicorne-sur-Sarthe est un haut lieu du patrimoine sarthois, connue pour son passé céramique et pour sa tradition faïencière. Depuis presque 300 ans, sortent des ateliers du village, des faïences aux décors riches et variés dans le style Rouen, Delf, Marseille, Strasbourg … ou dans la tradition des ajourés « fait main ».

L'histoire de la céramique

En 1747, Jean Loiseau, ouvrier faïencier natif de Touraine s’installe dans le village et fonde la première faïencerie dans une ancienne auberge « Le Plat d’étain ». Il profite alors d’une terre riche en argile, d’une abondance de bois pour les fours et de la présence d’un port pour le commerce. La tradition faïencière s’installe, les ateliers se multiplient et fournissent aux campagnes environnantes une vaisselle à usage domestique.

A partir du milieu du XIXe siècle, les poteries en grès commencent à envahir les marchés. Forts de leurs savoir-faire et à l’aide d’un mélange de terre se rapprochant des qualités du grès, les potiers malicornais créent deux fabriques et produisent des poteries communes en grès, terre vernissée et poteries brutes à usage culinaire.

Concurrencées, les faïenceries doivent s’adapter et trouver d’autres débouchés. Les faïenciers de Malicorne décident alors de copier les décors des grands centres faïenciers comme Marseille, Rouen, Strasbourg ou Nevers. pour répondre à la demande grandissante. Les ateliers se développent et emploient de nombreux décorateurs.

Après la Seconde Guerre mondiale, l’activité céramique décline de manière significative, les manufacture de grès ferment.


Aujourd’hui, Malicorne-sur-Sarthe, labellisée « Ville et métiers d’art » compte deux faïencerie d’art actives et des ateliers d’artisans d’art à découvrir dans les rues de la cité.